fbpx

18 janvier 2021

}

6 min. de lecture

6 étapes clés pour créer sa micro-entreprise

Par Laure

Savais-tu qu’aujourd’hui il est très facile de monter sa micro-entreprise ? En quelques clics seulement tu vas pouvoir créer ta « petite » entreprise et lancer ta marque ! Mais l’administratif, ça reste de l’administratif, je te l’accorde… #teamhorreurdelaparerasse ! Alors, pour avoir les idées bien au clair et être sûre d’avancer correctement, je te dévoile ici les étapes clés qui me paraissent indispensables pour sauter dans le grand bain de l’entrepreneuriat en toute sérénité ! Respire un bon coup, tu vas voir, ce n’est pas si sorcier.

La micro-entreprise, qu’est-ce que c’est ?

Micro ou auto-entreprise ?

Avant d’attaquer le vif du sujet, petite question pratique : connais-tu la différence entre la micro-entreprise et l’auto-entreprise ? Voici la réponse : il n’y en a aucune.

Avant 2016, il y avait bien une distinction à faire entre la micro-entreprise et l’auto-entreprise. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les deux régimes ont fusionné pour n’en former qu’un seul : la micro-entreprise. A proprement parlé la micro-entreprise, ou auto entreprise, n’est pas un statut juridique en soi, il s’agit d’un régime social et fiscal spécifique. Ainsi, elle reste une Entreprise Individuelle, dite EI.

Tu rêves de monter ta micro-entreprise ? Devenir auto-entrepreneure, ce n’est pas si compliqué, et je te le prouve dans cet article.

Le régime idéal pour se lancer ?

Très souvent, on pense que l’auto-entreprise est idéale quand on souhaite devenir indépendant. J’ai envie de te dire : ça dépend ! Il faut avant tout bien mettre au clair tes ambitions, tes objectifs, tes projets de développement, etc. Il faut savoir qu’en micro-entreprise, il n’est pas possible d’avoir un associé par exemple.

Ce régime peut te convenir si :

  • tu es salariée et que tu souhaites avoir un complément de revenu ;
  • tu souhaites tester ton projet sans te lancer dans des démarches plus complexes (et plus onéreuses) de création de société ;
  • tu souhaites travailler seule ;
  • tu prévois de rester au-dessous du seuil de chiffre d’affaires fixé pour la micro-entreprise (au moins dans un premier temps !). Sache que si tu le dépasses (le seuil diffère selon si tu es commerçant, artisan ou prestataire de services), tu sortiras automatiquement de ce régime.

Comment créer sa micro-entreprise facilement ?

Maintenant que tu sais que la micro est ce qu’il te convient, il va falloir passer à l’action ! Tout d’abord, plus besoin de se déplacer ou d’envoyer 50 courriers, puisque tout se fait sur internet !

Étape 1 : s’inscrire en ligne pour déclarer son activité

Pour créer ta micro, tu vas devoir t’inscrire sur le site officiel de l’Urssaf pour les entrepreneurs. Attention, d’autres sites existent sur la toile et demandent un abonnement ou le paiement à l’accès. Ouvrir un compte officiel est gratuit, tu n’as absolument rien à payer !

Accueil Urssaf Auto-entrepreneurs

Une fois sur le site, tu cliques sur CRÉER mon auto-entreprise et tu te laisses guider !

Tu vas devoir renseigner différents éléments dans le formulaire de déclaration de début d’activité, comme :

  • tes informations personnelles ;
  • la nature de ton activité professionnelle ;
  • le choix du régime micro-social ;
  • le choix du versement libératoire de l’impôt sur le revenu ou non ;
  • le choix de la période de paiement des cotisations : mensuel ou trimestriel…

Tu vas pouvoir ouvrir ton compte personnel sur le site et faire ta demande d’immatriculation.

Mon conseil : si tu touches les allocations chômage, je te conseille vivement d’opter pour le versement mensuel afin de faciliter la déclaration auprès de Pôle Emploi et de fournir les justificatifs exigés en temps et en heure.

Au préalable de cette démarche, pense à vérifier si ta nouvelle activité requiert un diplôme en particulier ou doit tenir compte de certaines spécificités légales et juridiques.

Pour les artisans, il est également demandé de s’enregistrer au Répertoire des Métiers (RM). Quant aux professions commerciales, il est nécessaire de s’enregistrer au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Des pièces supplémentaires te seront alors demandées.

Étape 2 : se renseigner sur les aides disponibles

Selon ta situation professionnelle, personnelle et fiscale, tu vas pouvoir demander ou continuer à toucher certaines aides :

  • l’ACRE

C’est l’Aide à la Création ou à la Reprise d’Entreprise. Pendant un an, tu vas pouvoir bénéficier d’une exonération partielle des cotisations sociales que tu verses à l’Urssaf.

  • l’ARE

Si tu es inscrite au chômage et que tu reçois l’Allocation d’Aide au Retour à l’Emploi (ARE) de Pôle Emploi, tu pourras continuer de la percevoir. Cependant, ton chiffre d’affaires (après abattement) sera déduit du montant de ton allocation.

  • la Prime d’activité CAF

Tu peux aussi prétendre à la prime d’activité de la CAF qui te versera alors un complément mensuel. Il est possible d’effectuer une simulation en amont, directement sur le site de la CAF.

Étape 3 : se réconcilier avec la compta et l’administratif

À réception de ton numéro de SIREN/SIRET, soit environ 10 jours après ta déclaration de début d’activité, tu vas pouvoir commencer à facturer tes premiers clients ! Youpi ! Oui, mais qui dit factures, dit devis et documents administratifs. Si comme moi, c’est un peu ta bête noire, je te rassure. En ce qui concerne la comptabilité, l’auto-entrepreneur n’est pas obligé de réaliser un bilan comptable. Il doit simplement tenir un livre de recettes et de dépenses. C’est tout.

Pour établir les factures et les devis, tu peux utiliser ce bon vieil Excel ou passer par des solutions en ligne comme Freebe.me (j’en viens presque à aimer la compta avec ce logiciel !) : toute ta gestion devient un jeu d’enfant ! En plus, tu peux automatiser la déclaration des cotisations ! Que demander de plus ?

Étape 4 : ouvrir un compte bancaire pour son activité professionnelle

Quid des paiements, mandats et prélèvements bancaires ? En France, la loi n’impose pas d’avoir de compte en banque professionnel pour les auto-entrepreneurs. Tu peux même utiliser ton compte courant (sous réserve de ne pas dépasser le seuil de 10 000 € de CA annuel pendant deux ans consécutifs). Néanmoins, je te conseille vivement d’ouvrir un compte dédié à ton activité, pour ne pas mélanger le pro et le perso !

Attention cependant à bien lire les petites lignes de ton contrat, car certaines banques n’acceptent pas les mouvements d’argent liés à une activité professionnelle. À toi de te renseigner auprès des différents organismes bancaires.

Il existe des banques en ligne innovantes sur le marché qui proposent des tarifs accessibles, comme Shine ou l’offre BUSINESS de N26, et qui sont parfaitement adaptées pour les micro-entrepreneurs et les freelances. En quelques clics seulement, ton compte est créé et opérationnel ! Identifie bien tes besoins car selon l’établissement et le type de compte choisi, tu ne pourras pas forcément avoir de chéquier et le nombre de virements mensuels sera limité.

Étape 5 : assurer ses arrières…

Souscrire à une assurance professionnelle est obligatoire pour certaines professions indépendantes (expert-comptable, architecte, etc.). Même si tu n’es pas concernée, je t’invite à comparer les différentes offres d’assurance comme la Responsabilité Civile Professionnelle (assurance RC Pro). Celle-ci te couvre en cas de dommages matériels et immatériels que tu pourrais causer à une tierce personne dans le cadre de ton activité. D’autres assurances facultatives multirisques peuvent être intéressantes afin d’assurer ton matériel informatique par exemple.

Je ne peux que te conseiller de sauvegarder tous les documents en lien avec ton activité sur plusieurs supports différents : un ordinateur peut tomber en panne, une clé USB peut facilement se perdre. Le plus sûr est selon moi de stocker les données importantes sur ton ordinateur et sur un service cloud. Il en existe de plus en plus sur la toile. Personnellement, j’utilise la solution PCloud depuis plusieurs mois. J’en suis pleinement satisfaite ! Mais il y a aussi Dropbox ou encore Onedrive pour ne citer qu’eux. Surtout, n’oublie pas de bien conserver les versions papier !

Étape 6 : communiquer sur sa marque et le lancement de la micro-entreprise !

Ça y est, te voici officiellement micro-entrepreneure ! Les différentes démarches sont effectuées, il s’agit maintenant de te faire connaître du monde entier. Et pour ce faire, les réseaux sociaux peuvent être un formidable levier, qu’il ne faut pas sous-estimer. Ces derniers représentent une superbe opportunité pour parler de ton activité et communiquer sur tes produits/services. Oui, mais pour être présente sur Instagram, Facebook ou encore Pinterest, il est indispensable d’avoir :

  • créé ton logo ;
  • travaillé ton branding : tes couleurs, tes typographies, ton univers ;
  • identifié clairement ta cible et ses attentes ;
  • réfléchi au design de ton site et à sa création (LIEN VERS LA FORMATION)…

Pas d’inquiétude, je te détaille tout cela dans ma Masterclass pour créer ta marque. Tu y trouveras toutes les infos pertinentes à ce sujet et les réponses à tes questions pour lancer ta marque comme une « Boss Lady » !

Tu rêves de monter ta micro-entreprise ? Devenir auto-entrepreneure, ce n’est pas si compliqué, et je te le prouve dans cet article.

Tu sais maintenant comment créer ta micro-entreprise

Grâce au numérique et à la dématérialisation des démarches administratives, lancer son activité de micro-entrepreneur est devenu très simple. Tout est extrêmement bien expliqué sur le site officiel, tu as peu de chances de faire des erreurs. Devenir micro-entrepreneure ne doit plus te faire peur. Au contraire ! Les démarches de création sont simplifiées et les obligations sociales et fiscales allégées. Certes, sauter le pas et créer sa marque représente une véritable étape, mais c’est surtout le début pour toi d’une incroyable aventure : celle de l’auto-entrepreneuriat ! Alors, qu’attends-tu, prête ?

Montrer / Cacher les commentaires (0 commentaires)
L

0 commentaires

Tout chaud !

Mon dernier article

Tu aimeras aussi

Pin It on Pinterest

Share This